BIA - CAEA


Le B.I.A.

La France est un grand pays d’aéronautique, par son histoire, par l’importance et la diversité de ses pratiques, par la richesse et le dynamisme de son industrie. Elle est porteuse d’une véritable culture scientifique et technique de l’aéronautique et du spatial où se mêlent toutes à la fois une aviation sportive et de loisir, variée et vivante, une aviation militaire prestigieuse, une aviation civile dynamique et innovante. La diversité des métiers, des pratiques, professionnelles ou amateurs, est animée par une même passion et une grande exigence de rigueur. Le secteur aéronautique est un des secteurs les plus dynamiques de l'industrie et du commerce français. Nos avionneurs sont à la pointe de la technologie et beaucoup d'innovations dans ce domaine ont été et sont françaises. Toutefois les métiers de l'aéronautique et du spatial et les filières de formation correspondantes sont encore souvent ignorés ou méconnus du grand public et notamment des élèves et de leurs parents. Dans ce domaine pluridisciplinaire, il est donc intéressant de proposer au plus grand nombre une initiation à la culture scientifique et technique aéronautique et spatiale à la croisée des secteurs professionnels, sportifs et éducatifs.
A quoi sert le BIA (Brevet d'Initiation Aéronautique) ?
L'obtention de cet examen est un point très positif sur un CV.
  • Il pourra faciliter votre accès à un enseignement spécialisé (du CAP aux écoles d'ingénieurs en passant par le Bac pro et le BTS aéronautique ...)
  • Il pourra faciliter une recherche d'emploi dans le domaine de l'aéronautique.
  • Les titulaires du BIA peuvent désirer poursuivre vers le Brevet de Base de Pilote d'Avion, de Planeur ou d'ULM.
  • Des aides financières très importantes peuvent être trouvées auprès des fédérations aéronautiques, des Aéro-clubs, des collectivités territoriales ...
Comment et où se fait l'enseignement ?
  • La formation au BIA est à la fois théorique et pratique, autant qu'il est possible.
  • Dans un objectif de découverte, les premiers cours ont souvent lieu "autour et dans" les avions, dans les Aéro-clubs qui reçoivent les élèves du BIA grâce aux relations privilégiées entre l'Éducation Nationale (Délégation Académique à la Formation Aéronautique - DAFA), les Aéro-clubs et les fédérations aéronautique (FFA, FFVV, FFPLUM,...) .


La préparation au B.I.A. remporte un succès croissant (en particulier dans les secteurs défavorisés) tant par ses propriétés pédagogiques que par les débouchés qu’elle ouvre. Les jeunes ayant embrassé, à la suite de cette initiation, une carrière aéronautique (techniciens ou navigants) ou bien opté pour une spécialité sportive, ne sont plus exception.La formation a lieu soit dans un aéro-club, soit dans un établissement scolaire. Elle doit être sous la responsabilité d’une personne titulaire du certificat d’aptitude à l’enseignement aéronautique (CAEA).
L’examen, organisé par les académies, se déroule chaque année vers la mi-mai. Il prend la forme d’un QCM de 100 questions qui portent sur cinq thèmes (20 points par thème) :
  • connaissance des aéronefs
  • aérodynamique et mécanique du vol
  • météorologie
  • règlementation, navigation et sécurité des vols
  • histoire de l’aéronautique et de l’espace.
  • Une épreuve facultative d' anglais aéronautique. Les points supérieurs à 10 bonifient le résultat à l’examen.




Le C.A.E.A.

Le Certificat d'aptitude à l'enseignement aéronautique (C.A.E.A.) est un diplôme sanctionnant les études faites, en formation initiale ou en formation continue, par les étudiants, maîtres et professeurs désireux de participer à un enseignement dans le domaine de l'aéronautique et de l'espace en milieu scolaire et universitaire. Bien que la formation couvre un large domaine aéronautique et spatial, et en particulier celui de certains brevets sportifs, ce n'est pas pour autant un diplôme de pilote ou de tout autre titre aéronautique existant par ailleurs.
Article 1er
Une session d’examen du certificat d’aptitude à l’enseignement aéronautique est organisée chaque année, sur le territoire métropolitain et dans les départements et collectivités d’outre-mer, aux dates et selon des modalités définies par le ministre chargé de l’éducation.
La liste des centres d’examens et les modalités d’inscriptions sont arrêtées par les recteurs d’académie.
Les candidats doivent se présenter dans l’académie dans laquelle se situe leur résidence.
Article 2
Le certificat d’aptitude à l’enseignement aéronautique comprend une épreuve écrite d’admissibilité de trois heures, corrigée sous couvert de l’anonymat, et une épreuve orale d’admission. Chacune des deux épreuves est notée de 0 à 20, en points entiers.
Seuls les candidats ayant obtenu une note supérieure ou égale à 15 à l’épreuve d’admissibilité peuvent se présenter à l’épreuve orale d’admission.
L’épreuve orale d’admission se compose de deux parties :
- 1ère partie : Présentation d’une séance d’enseignement préparant au brevet d’initiation aéronautique à partir d’un sujet proposé par le jury (soixante minutes de préparation et trente minutes de présentation) – Durant cette partie, le candidat peut disposer de tous documents, notes ou matériels personnels ;
- 2ème partie (durée trente minutes) : Entretien avec le jury qui permet d’approfondir les points qu’il juge utiles. Il permet, en outre, d’apprécier la capacité du candidat à se représenter la diversité des conditions d’exercice et les obligations incombant à un enseignant responsable de la formation préparant au brevet d’initiation aéronautique.
Chaque partie de l’épreuve orale est notée de 0 à 20, en points entiers. La note obtenue à l’épreuve orale d’admission est la moyenne des deux notes obtenues.
Une note inférieure à 10 à l’une des parties de l’épreuve orale est éliminatoire.
Sont déclarés admis les candidats admissibles qui ont obtenu une moyenne au moins égale à 10 à l’épreuve orale d’admission sans avoir obtenu de note éliminatoire à l’une des deux parties de l’épreuve orale.


::: Conditions de dispense d'épreuve:::
Les enseignants titulaires de l’éducation nationale ainsi que les candidats disposant : 
1.d’un titre valide, reconnu en France, autorisant la formation initiale à la pratique du parachutisme sportif ou du vol libre, ou autorisant en France la formation initiale à la conduite d’un avion, d’un ultraléger motorisé (ULM), d’un planeur, d’un hélicoptère ou d’un aérostat ; 
2.d’une qualification valide autorisant en France la
pratique du parachutisme sportif ou du vol libre, ou autorisant en France la conduite, en tant que commandant de bord, d’un avion, d’un ultra-léger motorisé (ULM), d’un planeur, d’un hélicoptère ou d’un aérostat, sont dispensés des épreuves selon le tableau suivant : 
  •  Épreuve écrite d’admissibilitéÉpreuve orale d’admission
    Enseignant titulaire de l’éducation nationale dispensé
    Enseignant titulaire de l’éducation nationale disposant d’un titre selon les paragraphes 1 ou 2dispensédispensé
    Candidat disposant d’un titre selon le paragraphe 1dispensé 
 
CE SITE A ÉTÉ CONSTRUIT EN UTILISANT